L’histoire du lieu

L’histoire du lieu

Aujourd’hui encore, la petite ville d’Évaux-les-Bains en Creuse est connue comme étant une station thermale. La qualité curative de ses eaux est attestée depuis l’Antiquité. Ivaunum (nom antique donné à Evaux) était un vicus (petite agglomération) qui doit essentiellement son existence, antérieure à la Conquête romaine, à la captation de ses eaux. Ce système de captage d’origine antique est par ailleurs toujours utilisé aujourd’hui au sein des Thermes & Spa Évaux-les-Bains.

  1. Ier et IIème siècle - Édification des thermes antiques

    Is

    Les thermes antiques d’Évaux-les-Bains sont édifiés entre la fin du Ier et du IIe siècle à l’endroit même où jaillissent des sources naturelles d’eau chaude où un rocher se tenait. Une fois dégagé, ce dernier, a permis d’ériger une plateforme permettant d’élever le bâtiment des Thermes. On pouvait y trouver notamment des colonnes en marbre gris, plaques de marbres blancs d’Italie, des décorations intérieures des ailes enrichies de porphyres, d’incrustations de coquillages entre autres.

    D’Ivaonum à Evaux-Les-Bains

    Ivaonum, Evaunensis, Evahon, Évaux-Les-Bains tire son nom d’une divinité gauloise des eaux, des sources et de la santé « IVAOS ». Ce nom est connu par une gravure inscrite, par un légionnaire romain, sur le manche d’une patère en bronze découverte vers 1840 dans les ruines des thermes.

    On pouvait y lire : « Je remercie Evaux d’avoir soigné les maux de mes jambes »

    Une preuve qu’à l’époque romaine les vertus de l’eau d’Évaux étaient déjà connues et reconnues.

  2. IIIème siècle - Incendie de la galerie

    IIIs

    Plusieurs campagnes de fouilles archéologiques ont confirmé l’existence de thermes gallo-romains, construits vers la fin du premier siècle en contrebas de la ville actuelle d’Évaux-les-Bains.

    L’importance de cet établissement thermal antique est révélée par les vestiges d’une monumentale galerie rare en Gaule. Cette voie couverte s’étirait sur près de 700 mètres de longueur. Partant de l’emplacement de l’actuelle église, sur le plateau, elle descendait jusqu’à l’entrée des thermes antiques.

    Les thermes antiques d’Évaux semblent avoir été dotés d’une importante dimension sacrée, probablement associée à la dimension curative des eaux.

    Le nombreux personnel qui travaillait pour faire fonctionner cette structure thermale devait résider dans une agglomération aujourd’hui recouverte par le bourg d’Evaux-les-Bains.

    Thermes et galerie ont été détruits par un incendie vers la fin du 3ème siècle, suivi d’un effondrement de la falaise qui a en partie recouvert l’établissement thermal. En partie reconstruits, ils sont définitivement abandonnés au 4ème siècle

  3. XIXème siècle - Redécouverte des sources

    XIXs

    Après l’abandon des thermes d’Évaux au 4ème siècle, les sources chaudes César et Rocher tombent dans l’oubli durant tout le Moyen-âge.

    Redécouvertes peu à peu, elles sont équipées de maisons de bains au 18ème siècle.

    Des fouilles importantes sont menées entre 1838 et 1847, puis à partir de 1858 lors de la construction du Grand Hôtel. Elles révèlent progressivement l’existence de bassins, de puits, de canaux et de pièces entières, enfouis sous une couche de plusieurs mètres de terre.

    Une vingtaine de salles de cet établissement thermal ont été découvertes et le circuit emprunté par les eaux de sources de différentes températures a pu être identifié. Ces eaux dont la température varie de 14 à 60 degrés étaient toutes réunies, approximativement 58 sources, dans un espace de 2000 m2.

    La station thermale, abandonnée depuis le Vème siècle, prend réellement son essor au milieu du XIXème siècle avec la construction entre 1838 et 1847 de l’actuel établissement thermal et son Grand Hôtel.

  4. Création de la "Société des Bains"

    1831

    Dès 1831, la création d’une « Société des Bains », la construction d’une partie de l’établissement thermal actuel, puis du Grand Hôtel quelques années plus tard, ont impulsé une activité économique nouvelle à Evaux.

  5. Découverte d'une piscine romaine

    1833

    Une piscine romaine est découverte en 1833 à l’occasion des travaux de nivellement du terrain destiné à accueillir le futur établissement thermal.

  6. 1837-1848 - Inscription aux Monuments historiques

    1837

    En 1837, à la suite de la demande de Prosper Mérimée, alors inspecteur général des monuments historiques, les préfets reçoivent une circulaire leur demandant de dresser la liste des monuments de leur département dont ils estiment la restauration prioritaire, en les classant par ordre d’importance.

    La Commission des Monuments Historiques est chargée ensuite de classer l’ensemble des listes : en 1840, cette demande aboutit sous la forme d’une liste d’un millier de monuments « pour lesquels des secours ont été demandés » et nécessitent des travaux (et donc des crédits) pour être conservés. Il s’agit de la première liste d’un tel genre en France dont les anciens thermes romains d’Évaux-les-Bains font partie, ils deviennent ainsi classés monuments historiques. La façade du bâtiment est, elle, classée au bâtiment de France.

  7. Raccordement aux réseaux de chemin de fer

    1885

    La place située devant l’église d’Évaux-les-Bains porte le nom et arbore le buste d’Armand Fourot, qui a largement contribué à l’essor du thermalisme dans la ville au 19ème siècle. D’abord maire de la commune, puis conseiller général et enfin député de la Creuse, il fut à l’initiative de la ligne de chemin de fer Paris-Ussel, qui desservait Évaux-les-Bains grâce à la construction du Viaduc de la Tardes.

    Ce Viaduc métallique ferroviaire, est construit entre 1882 et février 1885, par la société Les Constructions métalliques et entreprises générales de travaux publics de Levallois-Perret, dirigée par Gustave Eiffel. Le directeur des travaux était l’ingénieur Daigremont.

    Ce pont ferroviaire de 250 mètres de long a subi le 26 janvier 1884 une violente tempête qui a fait s’effondrer son tablier en cours de construction. A la suite de ce désastre, l’entreprise Eiffel a repris et achevé le montage de cet ouvrage d’art qui surplombe l’impressionnant dénivelé des gorges de la Tardes ! Des débris de l’effondrement ont été réutilisés dans l’architecture des Thermes d’Évaux-les-Bains : les linteaux des fenêtres côté parc, ainsi qu’une poutre de la charpente métallique du bâtiment.

  8. Changement de statut

    1898

    À partir de 1898, les thermes sont la propriété de la « Société anonyme des eaux thermales d’Évaux-les-Bains », qui fait appel à une épargne plus diversifiée.

  9. Réaménagement et extension

    1900

    En 1900, l’établissement thermal, entièrement réaménagé, s’étend au Nord grâce à la construction d’une grande extension côté nord. Les façades en pierre de cette aile sont rythmées par des lignes de briques rouges et blanches, récurrentes dans l’architecture thermale, ainsi que des décors polychromes en céramique typiques de la belle époque. L’avancée de la toiture débordante repose sur des consoles qui créent du relief sur le haut des murs.

    L’établissement concentre les fonctions thermales au rez-de-chaussée et hôtelières aux étages.

  10. Nouvelle gestion / Les thermes et la Grande Guerre

    1914

    La réputation de la douceur de ces eaux attirait déjà en 1914-1918 les blessés de guerre qui redoutaient cependant leur efficacité : trop vite guéris et trop vite cicatrisés, ils repartaient au front prématurément. Pendant la première guerre mondiale, près de 3000 blessés de guerre et grands malades ont, grâce aux pouvoirs de cicatrisation et les bienfaits des eaux, pu être sauvés.

    Les thermes sont gérés à partir de 1914 par la société thermale du centre de la France, nouvellement créée.

     

  11. 1922-1927 - Agrandissement

    1922

    Un quatrième étage est construit. Une tour ronde est édifiée et fait la transition entre les 2 ailes donnant à l’hôtel une allure tout à fait remarquable.

  12. 1942-1944 - Camp d’internement administratif

    1942

    Un camp d’internement, qui regroupait des personnalités politiques, voit le jour à Évaux-les-Bains, suite à la fermeture de celui de Vals-les-Bains dans l’Ardèche. Les installations des Thermes d’Évaux-les-Bains convenaient parfaitement : il suffisait de les aménager.  Les thermes sont alors transformés en camp de retranchés.

    Le 26 novembre, le général Doyen président de la délégation française à la convention d’armistice, Léon Jouhaux, syndicaliste connu et futur Prix Nobel de la Paix, Edouart Herriot, maire de Lyon et Président de la Chambre des députés ; Loustaunau-Lacau, cagoulard d’abord proche du Maréchal, ainsi que 11 autres détenus, y sont transférés.

    Le camp accueille jusqu’à 36 internés. Aux personnalités politiques ont succédé surtout des officiers supérieurs, puis, au début de 1944, des fonctionnaires dont le zèle et la fidélité semblaient faiblir.

    Les internés ont toujours été considérés avec déférence et bien traités (conditions d’hébergement convenables, nourriture suffisante), ils étaient libres de se fréquenter à l’étage et lors des promenades dans le parc, d’assister au culte catholique le dimanche matin.

    À la nouvelle du débarquement des alliés en Normandie, le 6 juin 1944, une foule de résistants passèrent à l’action pour les libérer. Leur libération se fit sans effusion de sang. De nos jours, une plaque commémorative est érigée au pignon du Grand Hôtel.

    Tandis… qu’à Tulle, le lendemain, 99 hommes de tous âges furent pendus ; ou à Oradour sur Glane le surlendemain, le 10 juin, de sinistre mémoire.

  13. Vallon des Thermes

    1975

    Les Thermes sont revendus à la commune en 1975, qui crée la société foncière hôtelière et thermale d’Évaux-les-Bains, et en confie l’exploitation à l’association du « Vallon des Thermes ».

  14. Création de la SEM Établissement Thermal

    1996

    L’association le vallon des thermes est dissolue au profit de la création de la SEM Établissement Thermal (Thermes et Grand Hôtel) composée de la municipalité d’Évaux-les-Bains, propriétaire des bâtiments, du Conseil Général de la Creuse, d’un cabinet médical et de quelques particuliers, chefs d’entreprise.

  15. Nouvel établissement

    2001

    Un nouvel établissement est construit au nord de l’aile 1900, entièrement dédié aux soins.

  16. Le laboratoire Évaux

    2001

    Le Laboratoire ÉVAUX créé en juin 2001 conçoit et développe des produits dermo-cosmétiques qui puisent leurs qualités uniques dans son eau thermale. L’entreprise emprunte son nom à Évaux-les-Bains.

    La gamme de produits ÉVAUX DERMATOLOGIE affirme la volonté du laboratoire de répondre, par des soins innovants et par l’eau hyperthermale d’Évaux, aux problématiques des peaux sensibles et fragilisées à l’aide de produits sûrs et efficaces.

  17. Restructuration complète

    2010

    Restructuration complète de l’ancien établissement thermal (situé actuellement rez-de-chaussée du Grand Hôtel), avec la création d’un centre de bien-être sur 350m2. Il propose alors diverses prestations : sauna, hammam, bain à bulles, une carte de soins variée : lit de flottaison, modelages et massages du visage, du corps, soins du visage, épilations etc…

  18. Plan Particulier pour la Creuse

    2017

    Le Président de la République Emmanuel Macron propose aux élus du département de la Creuse un plan d’accompagnement des projets qui deviendra quelques mois plus tard le Plan Particulier pour la Creuse.

    C’est dans ce cadre que le conseil d’administration de la SEM de l’établissement thermal déposera fin 2017 un projet ambitieux visant à dynamiser l’activité du complexe thermal.

    Le projet construit en 4 axes prévoit :

    – La restructuration complète de l’hôtel et sa montée en gamme

    – La modernisation et l’extension du centre de bien-être

    – Le développement d’une ligne de produits dermo-cosmétiques

    – La récupération et la valorisation des calories des eaux thermales

  19. Études de marché

    2018

    Plusieurs études de marché sont menées, le projet s’affine au cours des mois. La recherche des financements est lancée.

    La SEM souhaite dans un premier temps se consacrer seulement aux 2 premiers axes du projet considérés comme prioritaires

    – La restructuration complète de l’hôtel et sa montée en gamme

    – La modernisation et l’extension du centre de bien-être

  20. 2019-2021 - Lancement de la rénovation

    2019

    L’État, la Région Nouvelle Aquitaine et bientôt la Banque des Territoires s’engagent à soutenir financièrement le projet.

    En novembre, la société Évaux laboratoire pressentie pour porter le volet innovation du projet avec le développement d’une gamme de produits dermo-cosmétiques dépose le bilan. Les candidats à la reprise sont nombreux tant les qualités extraordinaires des eaux thermales d Évaux-les-Bains sont reconnues.

    Au printemps 2020, le choix se portera finalement sur la société Olisma avec qui la SEM et la municipalité partagent les mêmes valeurs et objectifs.

    Dès la fin de la saison thermale 2020 l’hôtel est complétement vidé, toutes les structures sont mises à nu : cloisons, portes, réseaux. Tout est démonté avant d’entreprendre la restructuration complète de l’hôtel sur 3500 m2 de plancher.

    Le projet d’extension du centre de bien-être est provisoirement mis entre parenthèses en raison d’un important programme de fouilles archéologiques obligatoires avant d’entreprendre tous travaux.

    En fin d’été 2021 après les travaux de curage complet, le chantier de réaménagement de l’hôtel peut enfin démarrer. Il devrait durer 18 mois pour se terminer dans le courant du 1 er semestre 2023.

    A la fin de ce chantier titanesque l’hôtel disposera de 55 chambres dont 17 studios, d’une cuisine entièrement refaite, d’un bar lounge, d’une salle de restaurant de 90 couverts, d’une terrasse pour 60 personnes et d’une salle de séminaire.

    L’extension du centre de bien-être qui inclut également la réfection de la piscine thermale extérieure sera mise en service fin 2023.

    Dès lors, l’hôtel, le restaurant et le centre de bien-être seront ouverts à l’année. Les clients pourront profiter d’un établissement unique conjuguant histoire et modernité autour d’une cuisine de qualité axée sur les produits du terroir.

  21. Fouilles archéologiques

    2022

    Une équipe d’archéologues de l’Inrap conduit une fouille à Évaux-les Bains, en amont d’un projet d’aménagement porté par la société d’économie mixte Thermale d’Évaux-Les-Bains.

    Initiée et élaborée par le Service régional de l’archéologie de la Direction régionale des Affaires culturelles (DRAC) de Nouvelle-Aquitaine, cette intervention visait initialement à l’étude scientifique des vestiges gallo-romains, classés Monuments historiques dès 1840 et sur l’emprise desquels le projet d’extension prévoyait d’empiéter. Déployée sur une superficie d’environ 900 m², l’opération a toutefois révélé tout un pan jusqu’ici inconnu du site antique.

  22. L’Hôtel-restaurant fait peau neuve !

    2023

    Sa restructuration a débuté à l’inter-saison 2020-2021. Il pourra ainsi accueillir ses premiers clients au cours de la saison 2023.

    Situé au cœur des Thermes & Spa Évaux-les-Bains, le Grand Hôtel et son Restaurant labellisé The Originals Relais* accueillera ses curistes dans une atmosphère chaleureuse. Le Grand hôtel sera désormais classé 4 étoiles. Relié aux Thermes & Spa d’Évaux-les-Bains, il proposera une gamme de 55 chambres dont 17 studios.

  23. Le centre Spa et Bien-Être se refait une beauté

    2024

    Le centre Spa et Bien-Être se refait une beauté et dévoilera son nouvel espace dédié pour la saison 2024.

    Restructuré dans son ensemble, il offrira de nouveaux espaces accueil, vestiaires, spa et cabines plus spacieux. Chaleur du hammam, bienfaits de l’eau du jacuzzi, soins du visage et du corps seront proposés pour une parenthèse relaxante au cœur des modelages, gommages et rituels de beauté